Vous avez un projet pour votre entreprise ?

Prenons contact

Contactez nous

Nous vous rappelons dans les 24h.

Amorce de reprise et… opportunités

par / lundi, 14 septembre 2009 / Publié dans Non classé

 

En matière de marché de l’emploi, la vie n’est pas plus un « long fleuve tranquille » qu’un éternel recommencement.

Septembre 2008 nous a surpris par sa brutalité et sa soudaineté. Le discours printanier de « pénurie de talents » ou d’offres d’emploi supérieures à la demande n’avait plus cours. On allait désormais parler de récession, d’écroulement du marché du recrutement…
Confirmation de la tendance en juin 2009 où 64 % des DRH précisaient ne pas envisager de procéder à des recrutements de cadres d’ici fin 2009(enquête IFOP pour le Syntec). Les chantiers de ressources humaines qu’ils évoquaient, portaient alors sur le développement des compétences internes (64 %), la mobilité des salariés (38 %) et leur motivation (31 %).

Septembre 2009 nous surprend agréablement. L’été est passé par là et la donne psychologique joue désormais dans un sens différent. 5 facteurs se conjuguent favorablement.

  1. Le moral des investisseurs rejoint son « plus haut » d’avant crise, se traduisant par ce réveil de projets de développement d’envergure, orientés  sortie de crise et notamment en recrutement ».
  2. Nombre d’entreprises aujourd’hui réorganisées, confrontées à des niveaux d’effectifs hyper tendus, se doivent de répondre à de nouvelles exigences en faisant appel à de nouvelles compétences.
  3. Des domaines restent structurellement recruteurs. La santé, les services à la personne ou ceux tournés vers les économies d’énergie, sont fortement demandeurs de compétences. De même, les banques et assurances continuent de recruter. Enfin, le secteur public doit renouveler ses effectifs et pour ce faire, s’ouvre aux profils du privé.
  4. Même constat à propos des filières et métiers : certains tirent mieux leur « épingle du jeu » que d’autres. On citera par exemple, ceux de la supply chain, de la R&D, des prévisions/lancement/ordonnancement, des méthodes/process, de la maîtrise de l’information ou du marketing… qui sont de dynamiques pourvoyeurs d’emplois.
  5. Les conséquences du papy-boom(le fait de ne plus en parler ne signifie pas que le phénomène ait disparu…) jouent en faveur d’une reprise de la recherche de talents et ce de manière croissante sur les prochaines années.


Le marché de l’emploi reste fragile, mais il est sur la bonne pente, preuve en est cette légère reprise de la mobilité des cadres et des créations de postes !

Les crises précédentes nous montrent que l’avenir sourit à ceux qui savent se positionner dans ces périodes de reprise timide qui précèdent les retournements de conjoncture et le véritable retour à la croissance.
Le constat vaut autant pour les entreprises qui ont l’opportunité de trouver des talents rares pour des postes ciblés que pour les cadres qui osent « remettre le nez à la fenêtre » !

 

Dominique Delaporte

TOP
FrenchGermanEnglish