Vous avez un projet pour votre entreprise ?

Prenons contact

Contactez nous

Nous vous rappelons dans les 24h.

Accompagnement à 4 mains, les bénéfices d’une relation triangulaire

Qu’on parle d’accompagnement « prise de poste », de nécessaire changement de posture ou d’évolution de la communication, les besoins d’accompagnement tels qu’ils nous sont exprimés par l’entreprise, tout comme par l’intéressé, relèvent rarement d’une seule dimension (savoir-faire/savoir-être).

La prise en compte des enjeux oblige à raisonner global et à intégrer cette réalité d’une exigence chaque jour plus grande d’efficience et de performance, en même temps que d’une efficacité d’adaptation au jeu relationnel face à des interlocuteurs variés et différents dans leur fonctionnement et valeurs.

C’est à partir de ce constat d’une double exigence (intégration de nouvelles compétences et évolution de posture…) et ce, dans des proportions chaque fois spécifiques, que s’est imposé chez nous ce bien-fondé de proposer à nos interlocuteurs une logique d’accompagnement « à quatre mains », intégrant dimension de Coaching, autant que de training individuel.

Quel est le cadre de l’accompagnement à « 4 mains » ?

Il comporte, face à l’accompagné, la présence de deux interlocuteurs différents dans leur sexe et/ou dans leur personnalité permettant d’offrir des appréhensions et interprétations complémentaires des situations professionnelles évoquées en séance de travail.

Menée à trois, la première séance donne lieu à une investigation sur le parcours personnel et professionnel dans ce que l’accompagné veut bien en livrer ainsi qu’un échange sur les outils de personnalité. Il en sera de même de la séance finale dite de conclusion, laquelle réunira également les trois partenaires. Les séances intermédiaires verront, elles, alterner l’un et l’autre des Coach.

Quelle est la finalité de cette triangulation ?

Un consultant sera mobilisé sur la « boîte noire » de l’accompagné (la boîte noire contient des informations essentielles sur des comportements adaptés ou inadaptés tout en restant totalement hermétique pour l’extérieur). Ces séances mettent à plat avec le coaché les freins, les doutes et messages contraignants « colorant » le comportement du coaché dans son quotidien professionnel.

A l’intérieur de la bulle de confidentialité que constituent les séances, le travail sur la boîte noire donne lieu à des réglages, glissements subtils, prises de conscience et petits déplacements favorisant une prise de recul et une réflexion de la part du coaché, travail qui appartient à l’intime du coaché et échappe à la connaissance des collaborateurs extérieurs, restant définitivement dans le champ personnel de l’accompagné

Conjointement, un autre consultant (plus orienté Savoir-faire / Compétences…) sera mobilisé sur la définition de bonnes pratiques, notamment en matière de pilotage et de management des équipes, comme de l’organisation ou du changement et l’élaboration de plan d’actions.

Sont alors évoqués les plans d’action, méthodes et process, autant que les comportements de l’intéressé en situation et/ou l’image projetée et la perçue par autrui.

Il est bien évidemment souhaitable et notre expérience nous le prouve, que ces deux dimensions fassent l’objet d’espaces de travail distincts, tant ils correspondent à des niveaux de réflexion et de travail spécifiques et différents.

Quels en sont les bénéfices ?

Les consultants coach savent l’importance que revêt chez l’individu la tendance à la recherche de modèles identificatoires pour développer ses compétences ou travailler ses axes de progression.

Dans une relation d’accompagnement professionnel « en one to one », il peut exister un risque de la mise en place d’une relation « adhésive » au consultant qui tient davantage du collage que de l’échange constructif. Ainsi et pour certains coachés, la présence dans l’interlocution d’un unique consultant comme unique identité de surface peut comporter le risque d’une relation « fétichique » au détriment d’une vraie capacité à s’approprier des solutions personnelles par rapport aux objectifs professionnels et personnels fixés en amont

Un accompagnement à deux têtes est une alternative intéressante à cette pratique traditionnelle du coaching qui met en présence 2 personnes. Notre expérience quotidienne de l’accompagnement à 4 mains nous conduit à considérer que la formule est à l’évidence à conseiller dans le cadre d’accompagnements professionnels et alors que le cursus envisagé ne vise pas à s’installer de façon excessive dans la durée. L’accompagnement à 4 mains permet d’éviter une « appropriation non critique » du modèle que représente le consultant sans questionnement personnel, le risque de s’accrocher à la seule image qui leur est renvoyée d’eux-mêmes et la mise en place d’une identité « d’emprunt ».

L’accompagnement « à quatre mains » et l’alternance de deux intervenants bien différenciés dans leur personnalité et leur manière d’aborder le concret des situations professionnelles, permet de mettre en place chez l’accompagné une densité qui rend compte de sa propre richesse et complexité.

Cet accompagnement – pour atteindre ses objectifs – doit cependant être accompagné d’une cohérence (entre les séances) que garantit la qualité et la fréquence de l’échange entre des consultants confrontant et rapprochant leur vues et points de vue, ainsi que de la mise en place d’un espace d’échanges partagés (séance introductive à trois et séance conclusive à trois également).

On l’aura compris, la diversité et la complémentarité des intervenants est de nature à optimiser les résultats attendus en terme d’adaptabilité et de souplesse relationnelle pour l’installation d’une communication différenciée.

Barbara LEVERDIER
Senior Consultant

TOP
frenchGermanEnglish