Vous avez un projet pour votre entreprise ?

Prenons contact

Contactez nous

Nous vous rappelons dans les 24h.

Entre crise et opportunités ?

A écouter économistes et prévisionnistes, le chômage ne devrait malheureusement guère épargner les cadres cette année. Pourtant, si la conjoncture est préoccupante, il est des situations des plus contrastées entre secteurs fortement touchés et secteurs qui  continuent de prospérer. Et on observe qu’au sein même d’entreprises qui recourent régulièrement au licenciement, on voit parfois en parallèle l’intégration de cadres, techniciens, commerciaux et/ou d’experts !Notons d’abord et c’est important de le dire, qu’il est des entreprises, voire des secteurs d’activité, qui surperforment et continuent de recruter à rythme soutenu : on pourra d’abord citer ces champions nationaux que sont les Airbus, Thalès, Safran, Dassault et leurs partenaires sous-traitants qui vont recruter plus de 10 000 ingénieurs et cadres sur 2013.Les perspectives sourient également au secteur ferroviaire, du fait de la nécessaire rénovation des réseaux, mais également de l’opportunité que représente la vente sur les marchés internationaux de notre ingénierie. Avec près de 10 000 recrutements (cadres et non cadres) prévus sur 2013, la SNCF sera l’un des premiers recruteurs de l’Hexagone.On citera également le secteur du BTP, où des acteurs de premier plan envisagent de recruter, comme le Groupe Bouygues qui envisage 1700 recrutements ou comme Vinci, qui en annonce plus de 1000…Pour les ingénieurs comme pour les commerciaux, ou les managers… de réelles opportunités sont aussi à saisir dans les métiers de l’énergie. Car avec le fossile, le nucléaire, le renouvelable, et l’éolien offshore et du fait des importantes mutations en cours, l’énergie a plutôt le « vent en poupe »…Citons également ce monde du web et de ces « pure players » façon Google, Yahoo, Primeminister, Amazon… reconnus comme durablement dynamiques et inévitablement en quête de nouvelles compétences. Architectes réseau, Community managers, Traffic managers, Consultants e business et autres Webmasters… y sont recherchés avec appétit.

De même ces acteurs des services informatiques, tels que Capgemini (3150 postes à pourvoir sur 2013), ceux de l’audit (PWC, Deloitte, Ernst…), ou de l’ingénierie (Alten ou Altran), continuent de témoigner de leur dynamisme même si le trend devient plus timide en 2013 qu’encore en 2012 avec plus de 30000 recrutements dans ce secteur.

Les éditeurs de logiciels, quant à eux, marquent sans doute un peu « le pas » dans leurs plans de recrutements, mais elles restent tirées vers l’avant par le SAAS et de nouveaux besoins concernent le « Cloud Computing » qui permet de stocker des données sur des serveurs distants.

Il n’y a pas lieu de tenter de minimiser les effets dévastateurs de la crise sur le marché de l’emploi quand on voit ses conséquences dans des secteurs aussi variés que l’Automobile, la Santé, ou le Bâtiment…

Pourtant, au sein même de ces secteurs en souffrance, il est des opportunités à saisir. Ainsi, regardant « avec les yeux de Chimène » ces commerciaux susceptibles de séduire de nouveaux clients, nombre d’acteurs s’investissent pour réussir à les attirer. Conserver ses parts de marché passe dans le secteur Bancaire comme dans celui des Assurances ou des Services (La Poste, O2, Phone Régie…) par la recherche de Talents.

L’exigence est semblable chez ces champions du Tourisme / Restauration que sont McDonald’s ou Quick, ou de la Grande Distribution (qui certes intègrent d’abord nombre de non cadres et temps partiels…) tel Carrefour, qui continuent d’occuper les « avant-postes » sur le front du recrutement.

Que dire enfin, de ce phénomène tant évoqué ces années passées et qui a tardé à produire ses effets (au point qu’on n’ose plus en parler…), alors qu’il commence de façon significative à produire ses effets. Le « papy boom » est une réalité qui va se concrétiser à court terme par de massifs départs en retraite qu’il faut d’ores et déjà penser à compenser.


On ne le dit que peu encore, mais nombre de dirigeants reconnaissent aujourd’hui  en privé, en être rendu à « l’os » et souffrir d’un déficit dans leurs organisations de managers, de cadres de production, d’informaticiens  et de commerciaux.

Le marché de l’emploi des cadres va continuer de témoigner de cette frilosité ambiante et notamment concernant  jeunes cadres et séniors, mais ne cédons pas à cette sinistrose actuelle largement répandue par les médias, car il est des opportunités à saisir !
Dominique Delaporte
TOP
FrenchGermanEnglish