Vous avez un projet pour votre entreprise ?

Prenons contact

Contactez nous

Nous vous rappelons dans les 24h.

Intelligence sociale et relationnelle

Avoir un bon contact, une aisance relationnelle est une qualité fondamentale et très attendue d’un leader. L’intelligence sociale n’est pas nécessairement innée et peut se développer par observation et mises en situation.
 
 
1) Un domaine à la fois fondamental et difficile à aborder 
Le relationnel  est une des compétences les plus attendues d’un leader. En effet, on observe que les salariés soumis à l’autorité d’un chef au contact facile sont moins stressés que la moyenne. Il y a également moins de conflits superflus. Et pourtant beaucoup d’employés vivent dans un contexte relationnel peu satisfaisant.
 
Pourquoi l’intelligence sociale est-elle difficile à aborder ? 
 
Déjà, avoir un bon contact dépend de la capacité de chacun à « sentir » le contexte et à adopter le bon comportement au bon moment. Cela nécessite donc de posséder une certaine intuition. La qualité des relations dépend aussi de ce que les deux parties ressentent au contact l’une de l’autre ce qui relève de l’ordre émotionnel. Or de nombreux managers ont du mal à être à l’aise sur le terrain des émotions et bâtissent des relations exclusivement professionnelles. D’autres encore ne sont pas conscients de l’importance du relationnel, problème qu’ils ont tendance à évacuer délibérément. Enfin, accepter d’améliorer son intelligence sociale conduit à une remise en cause de sa personne. Ainsi, les personnes en question se sentent souvent attaquées.
 
 
2) 3 compétences clés pour un bon relationnel : sensibilité au contexte, capacité d’empathie et respect des autres
  • Adapter son comportement au contexte : 
- percevoir le contexte émotionnel : adapter son attitude à l’état d’esprit du moment de la personne en face
- jouer sur l’environnement physique : l’endroit où des personnes se rencontrent conditionne le type de relation qu’elles nouent (endroit formel/ informel)
- tenir compte des règles sociales qui régissent la situation : pratiques de l’entreprise, codes vestimentaires, poids de la hiérarchie pour ne pas heurter son interlocuteur
  • Adopter une attitude et un langage empathiques : 
- sourire authentique
- synchroniser ses attitudes sur celles de son interlocuteur 
- adapter son niveau de langage à son interlocuteur
- être très attentif au sens des mots pour soi et pour les autres, afin d’éviter les décalages de perception
  • prouver son respect pour autrui :
- valoriser ses interlocuteurs : leur donner de l’importance, faire preuve d’humilité, féliciter, souligner les points positifs d’un comportement
- éviter les jugements brutaux : souligner le caractère personnel de ses opinions et ne pas faire de généralités
- veiller à la clarté de son discours : parler clairement pour faciliter la transmission de nos messages
- être attentif à sa façon de gérer les désaccords : lors d’un désaccord, la tentation de vouloir montrer qu’on a raison et l’autre tort est forte et est perçue comme une agression. Il est préférable de montrer à la personne que, même si l’on n’est pas d’accord avec elle, on respecte ses opinions.
 
 
3) Comment progresser ?
  • Prendre conscience que l’on peut faire des progrès : solliciter des avis extérieurs pour savoir comment on est perçu et changer ses croyances
  • Se choisir des modèles : il peut être utile d’observer le comportement d’une personne que l’on admire pour son sens du contact pour s’initier aux rites sociaux, voir comment dire les choses et ainsi acquérir des réflexes pour son intégration dans l’environnement social
  • Apprendre à écouter son instinct : être conscient qu’une attitude trop réfléchie et préméditée peut être perçue comme artificielle
  • S’entraîner en se plaçant volontairement en situation inconfortable
 
Disposer d’un bon réseau est un atout précieux dans la mesure où cela permet d’accéder à l’information, de résoudre un problème…
Pour développer un réseau efficace à long terme, il est important d’adopter le bon état d’esprit ; c’est-à-dire rendre service sans attendre quelque chose en retour. Ainsi un véritable sentiment de respect propice à des relations de confiance durables s’installe. Il faut avoir une idée précise de ses besoins, identifier les personnes avec qui rentrer en contact et définir une stratégie d’entrée en relation.
Il faut ensuite entretenir ses relations par des appels téléphoniques ou des e-mails et démontrer un peu de gratuité dans l’organisation de rencontres.
 

Dominique Delaporte

TOP
frenchGermanEnglish