Vous avez un projet pour votre entreprise ?

Prenons contact

Contactez nous

Nous vous rappelons dans les 24h.

It takes two to tango

inscrire dans le « parler vrai » et de vous livrer ces bons conseils qui contribueront demain à des résultats plus favorables encore.

A l’occasion d’échanges avec des collègues ou avec des clients, j’ai recueilli nombre de témoignages me confortant dans l’idée d’aborder dans ces lignes la question de la qualité d’une mission de conseil sous l’angle de la qualité de l’implication du client, au risque d’apparaître comme irrévérencieux aux yeux de certains, mais dans l’intérêt bien compris de tous. Il me semble utile d’affirmer que confier une mission de Search, même à un spécialiste reconnu, ne veut pas dire s’en décharger : l’implication du donneur d’ordres, tout au long du process de recherche, conditionne très favorablement la réussite de ladite mission, tant sur les délais d’exécution que sur la qualité du rendu.

Déléguer une mission implique le donneur d’ordre autrement. Preuve en est, en phase de préparation de la mission, l’importance d’informer complètement, avec objectivité et transparence votre Consultant, même s’il s’agit alors d’avouer que tout n’est pas au niveau souhaité dans votre organisation : ce n’est pas se mettre en position de faiblesse, mais bien augmenter ses chances de succès. Relire sérieusement la proposition du Consultant, la corriger (et pas seulement ce qui a trait au montant des honoraires…) ou la compléter si besoin, en discuter en interne puis de nouveau avec le Consultant dans le but d’en améliorer la pertinence, tout cela est essentiel. En phase de conduite de la mission, répondre rapidement et toujours sans artifice aux éventuelles demandes d’informations complémentaires ; ne pas considérer que présenter son entreprise et le projet proposé de façon désirable, attractive, faire de son mieux pour accueillir de façon respectueuse les candidats, est se rabaisser devant des inconnus. En phase de conclusion de la mission, il est impératif de réagir promptement et sans faux semblant aux dernières demandes, par exemple pour fixer les rendez-vous de sélection finale, échanger sur les impressions laissées par les candidats, prendre puis communiquer sa décision. Etc.

Vous aurez compris qu’au-delà d’une quelconque volonté d’impertinence, je me dois de reconnaître qu’une partie des comportements à proscrire décrits ci-dessus sont tirés de mon propre vécu d’ancien cadre dirigeant et donneur d’ordres. Directeur Commercial puis Directeur Général dans l’Industrie, j’ai, en 25 ans de carrière opérationnelle, confié à divers Cabinets – au premier rang desquels KRENO Consulting, bien évidemment ! – quelques dizaines de missions de recrutement, formation, accompagnement collectif ou individuel, coaching, conseil RH, etc. Mais étant passé « de l’autre côté de la barrière », je reconnais n’avoir pas toujours adopté les comportements adéquats pour accompagner et coacher mes partenaires dans la conduite des missions que je leur avais confiées. Si certaines missions de recrutement ont traîné, force est de reconnaitre que le Consultant n’en était pas l’unique responsable et que l’imprécision de mes briefs sur les enjeux et attendus des postes à pourvoir y contribua parfois. De même en est-il de ces candidats de valeur perdus en route, faute de leur avoir fixé rendez-vous dans des délais raisonnables et d’avoir su nous décider rapidement à leur faire une proposition cohérente et suffisamment attractive.
Oui, vraiment, comme *il faut être deux pour danser le tango, il faut être deux pour réussir une bonne mission. Et même trois ou plus, avec les candidats, s’il s’agit de recrutement. Mais c’est là une autre histoire, qui sera peut-être l’objet d’un prochain billet….

Thierry Julienne
Consultant Partenaire

TOP
frenchGermanEnglish