Vous avez un projet pour votre entreprise ?

Prenons contact

Contactez nous

Nous vous rappelons dans les 24h.

Maïeutique et Management

Reconnu pour son aptitude à porter une vision et mobiliser, le leader est aussi celui qui sait poser les bonnes questions.
Facilitant la prise de conscience, et permettant d’approfondir une réflexion, le questionnement est un levier de développement des collaborateurs et de leur mobilisation.
Or, dans une culture qui valorise action et affirmation personnelle, nombre de leaders voient dans l’exercice du questionnement un aveu de faiblesse.

 

A – 4 attitudes pour un questionnement de qualité :

  • Mettre en confiance : questionner quand on est en position de manager pouvant susciter la méfiance de l’interlocuteur, il faut le rassurer en précisant le but poursuivi et en faisant preuve d’empathie.
  • Bien formuler ses questions : demandez-vous ce que vous recherchez, quelle réaction vous aimeriez obtenir, et privilégiez les questions ouvertes qui laissent un champ d’expression plus ouvert à autrui.
  • Favoriser l’échange : méfiez-vous de ces questions à tiroir ou de cette succession de questions qui laisse à penser que vous menez un interrogatoire, avec une idée déjà faite dans la tête.
  • Stimuler la réflexion : questionner vise à stimuler la réflexion et à suggérer des pistes à investiguer. Il s’agit de surprendre et d’inviter à faire fi de ses croyances ou idées préconçues…

 

B – Questionner suscite la mobilisation :

  • Le questionnement ne fait que trop rarement partie de la panoplie des managers et de leur cursus de formation.
  • Et, devenir un bon questionneur n’est pas aisé lorsque le manager est soumis à la pression du temps et à l’urgence de se mettre en ordre de bataille pour passer à l’action.
  • La première piste d’efficacité tient dans le fait de poser les bonnes questions, sachant que celui qui interroge oriente la discussion. Et, s’il est des questions de nature à braquer l’interlocuteur, il en est d’autres de nature à le dynamiser.
  • Choisir le moment opportun pour interroger renforcera son stress ou le déstabilisera, ou… participera de l’attitude d’ouverture/spontanéité qui serait synonyme de réflexion ouverte.
  • Si l’art et la manière ont leur importance… le ton utilisé, ainsi que la posture et l’état d’esprit… interfèrent également en positif ou en négatif.

 

C – Les 4 types de questions :

  • Invitant à la réflexion, les questions commençant par « pourquoi » sont de fait plus pertinentes que celles sur le « comment » pour résoudre des sujets pointus, trouver des solutions inédites ou de rupture, porter un regard neuf.
  • Si les questions mobilisatrices sont celles qui poussent à apprendre ou progresser et évitent de pointer du doigt ce qui n’a pas fonctionné, invitons autrui à parler du présent, voire à s’interroger sur l’avenir plus que sur le passé. L’inviter à faire parler les « faits » permettra d’éviter ces jugements de valeur sur le mode du « tu ». Les questions ne visent pas à juger de la qualité du travail, ni à prendre de décision, mais à faire mûrir et progresser une réflexion.
  • Les questions méritent d’être formulées positivement pour donner l’envie d’agir. Plus le défi ou challenge est lourd et plus le caractère positif de la question est utile à libérer les énergies créatrices. Parler au « nous » plutôt qu’au « tu » sera toujours gagnant pour créer de la confiance et/ou renforcer une dynamique.
  • Les questions exploratoires sans contrainte de résultat immédiat mettront en condition pour mobiliser innovation et créativité. Cela libérera la pensée créatrice qui n’en sera que mieux sollicitée et s’avèrera au fil du temps plus efficace… C’est cela, entre autres, l’efficacité souhaitée du brainstorming.

 

Si donner le cap et obtenir l’engagement des membres de son équipe suppose la dose requise de charisme et de capacité à fédérer, le Manager n’est pas seulement celui qui affirme. Maîtriser cet art de la maïeutique et savoir questionner, lui sera fortement utile pour susciter et développer chez ceux qui l’accompagnent sens des responsabilités et esprit d’initiative. Les questionner, c’est quitter cette tendance à l’infantilisation et afficher sa foi en une réelle intelligence collective.

Dominique Delaporte

TOP
frenchGermanEnglish