Vous avez un projet pour votre entreprise ?

Prenons contact

Contactez nous

Nous vous rappelons dans les 24h.

Manager avec courage

 

Les leaders d’exception, managers talentueux ou collaborateurs à fort potentiel ont en  commun cette dimension  de « courage ». Être  courageux n’est guère preuve d’inconscience mais bien le fait d’hommes qui connaissent leurs peurs et savent les maîtriser.
Le sens critique n’est pas la vertu la mieux partagée et pourtant, l’entreprise ne peut fonctionner avec les seuls béni-oui-oui.  La lucidité et la clairvoyance sont des qualités essentielles. Il s’agit là de regarder la vérité en face et d’oser l’exprimer. L’inefficacité dans l’entreprise repose pour partie sur ces comportements de lâcheté qui se traduisent par le fait d’exprimer dans les couloirs ce qui aurait mérité d’être dit en temps opportun, en toute assertivité.

Déléguer à autrui, partager l’information, s’éloigner de l’action  à conduire comportent dans le court terme une part de risque et exige là aussi, du courage.
Travailler en équipe également !

Décider, arbitrer alors que l’on ne dispose guère jusque dans les détails de ces certitudes qui facilitent le choix, suppose également du courage. La prise d’initiative, l’innovation, le changement sont à ce prix.

Quitter sa zone de confort et oser aller de l’avant est une  forme de courage au quel doivent être préparé les managers d’aujourd’hui. L’histoire s’accélère, il est courageux de remettre en cause l’acquis pour tendre « vers ».

Imposer à ses équipes comme à soi même discipline et rigueur, faire respecter les décisions et règles de fonctionnement arrêtées demande du courage.

Ressentir de l’angoisse lorsque exposé à ces situations est humainement normal. L’enjeu est ici de réussir à rassembler en nous, ce qui permet d’agir plutôt que de fuir.

Connaître ses peurs et savoir les dompter pour éviter qu’elles n’influencent vos attitudes est une qualité du leader.

Prendre du recul pour les relativiser et ne pas se laisser atteindre dans sa capacité à agir est alors essentiel. Savoir ouvrir la « focale » pour procéder au « zoom arrière » afin de partir des bénéfices recherchés éloigne de cette zone d’inconfort liée au « problème posé».

Oser surmonter ses peurs suppose qu’on sait assurer sur sa capacité à remporter des victoires. Alors donnons nous des objectifs ambitieux, mais atteignables. Petit à petit nous prendrons confiances en nous et parviendrons progressivement à lâcher plus spontanément notre « fibre courage ».

 
Dominique Delaporte
TOP
frenchGermanEnglish