Vous avez un projet pour votre entreprise ?

Prenons contact

Contactez nous

Nous vous rappelons dans les 24h.

SOLITAIRE ou SOLIDAIRE ?

par / mardi, 31 mars 2009 / Publié dans Non classé

Les échos que nous renvoie depuis quelque temps le monde de la « grande entreprise » éclaboussé par la découverte quotidienne de bonus ou de parachutes au profit de dirigeants dont les montants paraissent inimaginables aux yeux du commun des mortels, surtout lorsqu’ils  sanctionnent de bien piètres résultats, nous ramènent au débat sur ce qui relève de l’individuel et de ce qui est à attribuer au collectif  dans les performances de ces communautés humaines.

Qui peut encore croire que dans ces « grands paquebots » la responsabilité de la réussite ou de l’échec tient à un seul individu, ou aux membres du cénacle qui l’entoure ?
Comment mesure t’on l’effet de levier qui est le fruit de l’implication des « hommes clefs » dans les différentes strates d’une organisation, facteur décisif pour faire avancer le navire dans le sens indiqué par ceux qui campent sur la passerelle ?
Comment les en remercie t’on ? De quelles marques de considération les gratifie t’on ?

C’est bien la notion du partage avec les « stakeholders », comme les qualifient nos amis anglo- saxons, qui est posé.
Créer un petit cercle de privilégiés en haut d’une pyramide qui concentrent les responsabilités, les honneurs et les gains, mais qui s’estiment dans tous les cas de figure, y compris lorsque le navire heurte un iceberg, « responsables mais pas coupables » selon la formule consacrée, n’est plus digne de la gouvernance du 21e siècle dans les pays dits développés.

Le parachute a toujours été considéré comme un accessoire de sécurité individuel, la chaloupe comme un moyen de sauvetage collectif.
Est-ce à ce point indigne de partager la transpiration de ses coéquipiers sur le banc de nage ?

Lorsque les nuages s’amoncellent et que la houle se fait de plus en plus forte, le chef doit plus que jamais avoir un comportement exemplaire et partager avec tous ceux dont il a accepté à un moment donné de prendre la responsabilité, au travers d’un management responsable et de proximité.

Prendre le temps de communiquer sur les choix stratégiques de l’entreprise à chacun des collaborateurs clef ; savoir accueillir les remarques et suggestions de manière positive ; rester à l’écoute des problèmes que peut rencontrer chacun ; imaginer avec son collaborateur des solutions pragmatiques pour l’aider à les résoudre : autant d’opportunités pour resserrer les liens et montrer qu’au travers du collaborateur ou de la collaboratrice , le manager a aussi une vision de l’homme ou de la femme en chair et en os qui vit à ses côtés.

Solitaire ou solidaire ?  A chacun de choisir…. mais il vaut mieux choisir vite et bien !

Michel Cathala

TOP
FrenchGermanEnglish